Parmi eux se distingue, la cave coopérative de la Grenade, construite en 1920 et la baguette de la paysannerie dans l’industrie du vin, l’esprit de coopération, effort et travail des familles dédié pour s’occuper des vignobles qui entourent la ville.

C’est un bâtiment qui montre l’influence du courant moderniste de l’époque, bien qu’à un point de retard déjà. Avant toute chose, il convient de noter, toutefois, que puisqu’il a été construit suivant les directives de construction des nouvelles techniques appliquées à la production et la commercialisation du vin. Il est donc, dans un grand bâtiment, car il a une superficie de 1200 m2 organisée en une seule plante. L’ensemble architectural se compose du présent rectangulaire, elle est construite en pierre et un toit à pignon a pris en charge par des poutres en bois.

Les éléments les plus caractéristiques de l’immeuble sont les portes et les fenêtres, il y a les murs, encadrées avec les décorations de la brique. La façade principale, c’est à dire le la rue de la gare, se compose d’une porte rectangulaire au centre avec deux ouvertures en forme de demi-cercle de chaque côté. Au-dessus, il y a trois ouvertures plus sous la forme d’un arc en plein cintre.

Il s’agit de la façade actuelle, le résultat d’une modification apportée au cours des années 90 du 20e siècle, mais la façade originale avait une organisation différente. Les deux ouvertures dans le demi-cercle actuel correspondant à deux portes qui ont été partiellement muré, et le centre n’existait pas de toute autre ouverture. En revanche, les fenêtres supérieures qui restent comme elles ont été conçues en 1920. Le reste des façades latérales disposent d’un ensemble d’ouvertures au point de l’arc qui, dans certains cas, ont été muré par des modifications à la structure d’origine.